Tous les râteaux

Voici les râteaux affichés par 10 et classés par ordre de score décroissant.

Chacha79 Open
2006-2007
1994-00-00 Basic Râteau,Take That Râteau,Laughing Râteau 30
Je me retrouve au lycée avec anthony.
Une de mes copines est sortie avec lui alors je lui demande de m'arranger le coup avec lui.
J'arrive en cours d'histoire -géo et là les filles de ma classe poufent de rire dans le couloir , l'une d'elle me dit : jessica assis toi bien , on a la réponse pour anthony!
Et là elle gueule devant tout le monde : il a dit qu'il voulait pas sortir avec toi car tes si squeletique quil a peur de te casser la machoire en t'embrassant!

Humilié je dis : je voulai même pas sortir avec lui d'abord ( ouh la menteuse!=.
C'est pas juste la vie quand on a 15 ans .
Gata Open
2006-2007
0000-00-00 Basic Râteau,Crashing Râteau,Maked Râteau 30
Scène principale: L'amphithéâtre de la fac

Protagonistes: La fille (que l'on appellera Cachou), son amie (que l'on nommera Hamburger) et moi. (pour les autres personnes entrant en jeu, je les nommerai de la façon suivante selon l'ordre d'apparition: Mister1/Miss1, Mister2/Miss2...



Ah la fac! Je viens d'avoir mon bac je suis tout happy la vie est belle les oiseux gazouillent et le ciel est vert. Mais stop reviens sur terre mon petit Gata, tu es en première année de médecine, ce n'est pas le moment de penser aux filles ni à te faire d'autres potes alors tu te fais petit.

Le premier mois passa, les cours s'enchainèrent les uns après les autres ne devenant plus que la copie du jour de la semaine d'avant et le modèle du jour de la semaine d'après. C'est alors que je rencontrai Mister1, m'ayant remarqué pour mon habilité à prendre le cours sur ordinateur avec une rapidité assez grande je dois l'admettre (quoi mes chevilles?). Ayant fait connaissance il me proposa de me réserver une place parmi sa bande dans l'amphi, je me suis dit " pourquoi pas? tu n'as rien à perdre".

La semaine suivante, ayant accepté sa proposition il me fit d'abord la présentation de ses amis qui pour l'instant ne m'intéressaient pas vraiment je voulais juste une place. "Bon Gata voilà [j'ai oublié], là c'est [ j'ai oublié] là c'et [ j'ai oublié] blablabla et voilà Cachou". Mes réactions:

- physiquement: je lui dis bonjour d'un air désinvolte avec un petit salut de la main => " Bonjour..."
- in my head: WOOOOAAA MA PAROLE C'EST QUI CAAAAAAA????? WOOOWWWW AAAHOUUUUU

Vous l'avez compris, je fus tout de suite sous le charme de cette délicieuse créature de Dieu.

Dans l'optique d'obtenir mon année je me suis dit que ce ne serait pas une bonne idée d'attaquer maintenant hunhun... Je pris mon mal en patience et continua de travailler.

Vînt alors une autre fille que l'on nommera Fourchette. Très belle, fine, je lui plû tout de suite. Me faisant oublier très facilement l'objet de ma convoitise (désolé je suis un mâle, c'est génétique je suis normal). Je passerai sur cette histoire mais retenez qu'elle a quand même réussi à me faire oublier ma Cachou pendant presque 6 mois, c'est à dire jusqu'à Janvier.

Rentrée de Janvier. Je ne fréquente plus avec Fourchette et en plus j'ai foiré mes partiels de Janvier, super ça fait plaisir bravo Gata tu voulais pas de femme, pas de potes résultat tu as couché avec une fille et tu t'es carrément fait une nouvelle bande. Je décidai de retourner auprès de ma Cachou.

Premier jour j'étais là assis tout seul dans ma rangée, elle apparut et se mit à une place d'écard à coté de moi. Tout de suite son parfum fit frétiller mes narines "snuf snuf qu'elle sent bon...". Nous ne nous connaissions pas du tout mais étant très gourmand je lui demandai: "Dis ça te dérange pas de t'asseoir à coté de moi? Je connais Hamburger si elle est à coté de moi on va encore parler pendant trois heures". En réponse j'ai eu le droit à un joli mouvement de décalage vers moi. "Yessss i'm the best Gata mod is on".

Depuis ce jour je me levais à 5h30 du matin tous les jours pour faire l'ouverture des amphithéâtres et pour pouvoir réserver les places appropriées.

Les dicussions se faisaient rares car elle était plongée dans ses études. Je pris alors un jour l'initiative de lui parler, ce ne fut pas très convaincant:

Gata: Ca va?
Cachou: Oui pourquoi?
Gata: Ben j'sais pas t'es comme ça
Cachou: *yeux équarquillés*
Gata: * dans sa tete: col Gata la prochaine fois tu te ramene à la St Valentin avec un bouquet de poils pubiens...*

No comment...

Quelques semaines s'écoulèrent, je m'étais rapproché d'un gars de leur bande, Mister2 qui fut l'un des premiers au courant de mes sentiments pour Cachou.

C'est alors qu'un jour, je racontai à Mister2 une de mes histoires de vengeance concernant un certain Mister3 m'ayant volé mon ex. Pour la petite histoire de vengeance: Le dernier jour du bac, je m'étais ramené avec une bouteille d'huile et des oeufs, à l'origine je voulais le panner mais je n'avais pas de farine... Je suis donc allé le voir tout seul, avec mes deux oeufs et ma bouteille d'huile et là effet de suprise, je lui claquai les oeufs et la bouteille d'huile dans la figure, j'étais torp énervé pour verser l'huile correctement... Tout ceci en plein milieu de sa bande de potes qui n'a pas bouger d'un poil pour faire quoi que ce soit. Je ne dis rien et m'en alla avec un petit sourire de satisfaction.
Mister2 très bon public ria à gorge déployer et me dit que Mister3 était un très bon ami de Cachou et qu'en terminale ils restaient très souvent ensemble.

Gata: QQQQUOOOOOOAAAAAIAAAAAAA?????

Je devais rêver, mais non...

Les jours s'écoulaient encore et encore, devenant de plus en plus gris... Depuis Janvier j'essayais de faire la connaissance de cette merveilleuse personne et je n'avais même pas réussi à avoir son numéro et la fin des cours se faisait de plus en plus proche (pour notre fac le 14 avril). Je ne savais plus quoi faire.

Je décidai donc de jouer la carte du gamin. C'est à dire me faire remarquer en la taquinant un peu. Au début cela se manifester par faire des smileys débiles sur ses cours, ce qu'elle n'appréciait pas trop... (Maman écarte les jambes, je crois que j'ai oublié mon cerveau dans ton utérus), je m'amusais aussi à écire son prénom sur le bord de tous ses crayons de couleur, par contre elle trouvait ça amusant, ou bien elle joue très bien la comédie.... Petit à petit je réussissais à la faire rire de plus en plus facilement et de plus en plus souvent.

Jusqu'au jour J du dernier cour où ce fut l'apothéose de mon art comique.

Ce dernier jour je voyais les minutes passer à une vitesse hallucinante et je n'avais toujours pas son numéro!

La fin des cours, elle parti très vite comme d'habitude mais je réussis à la rattraper mais sachant qu'elle ne se consacrait qu'à ses études je me suis dit qu'il valait mieux que je lui donne mon numéro au lieu de prendre le sien ce qui aurait pu la gêner durant la période de révision.

La scène:

Gata: Hé Cachou, ça te dirait qu'on ECHANGE nos numéros?
Cachou: Hein? Pour quoi faire?
Gata: < mais b***** de Dieu qu'est-ce que j'ai fait au ciel???, je pensais qu'on se les donnerait sans soucis> Ben je sais pas, tu es gentille adorable...
Cachou: Non... désolé
Gata: *coup de hache, triple uppercut backside 720* Bon ben tant pis, bonnes vacances quand même!
Cachou:... Ah tu voulais mon numéro???
Gata:*gné* Ah parce que tu pensais que je voulais qu'on échange nos puces? HAHAHAHAHA
Cachou: On fait comment?
Gata: Ben vaut mieux que je te file mon numéro comme ça je ne te dérangerai pas pendant les révisions.
Cachou: Ok. *tape le numéro* Bon ben bonne vacances
Gata: bonne vacances! * trop happy de ouf*

Ahlàlà! La fac! Les cours sont finis et ma dulciné a mon numéro! Génial!!...


Deux semaines après les vacances, je craque, je demande à un ami Mister4, qui la connaissait depuis longtemps, de me donner son numéro. Son numéro obtenu et sachant que je n'aurai pas mon année contrairement à elle, je ne la reverrai plus jamais alors autant lui faire une déclaration. C'est ce que je fis. Une déclaration SMS de 7 messages. J'envoie, j'attend 10minutes....1heure....4heures... Elle répond pas!!!!... Elle n'a jamais répondu à ce texto.

La raaaage, je raconta cette histoires à la plupart de mes amis qui avaient d'ailleurs bien rit en me disant que ce n'était pas le bon numéro blablabla... Bref je pensais à elle tous les jours je n'arrivais pas à bien travailler il n'y avait qu'elle qui comptait.

La veille des examens je décida de lui envoyer un texto pour lui souhaiter bonne chance pour lui demander pardon d'avoir été aussi direct. Elle ne m'a même pas répondu...

Durant les examens j'essayais de l'esquiver, j'avais trop honte.

J'ai attendu quelques jours avant de reprendre contact avec elle. Je lui envoyai un nouveau texto de 7 messages encore en lui demandant de me laisser une chance de conquérir son coeur ET DE REPONDRE tout en lui précisant que mes amis me disaient que je perdaient mon temps etc...

Aussi tôt dit, aussi tôt fait.

Réponse: "Ecoute tes amis, oublies mon numéro, j'ai déjà quelqu'un"

Dans ma tête: Ah, euh... bon ben je fais quoi...

J'étais là, tout nu comme un ver, devant ce texto très froid.

Résultat je n'ai pas eu mon année, je n'ai pas eu ma dulcinée, Ah la Fac, qu'est-ce que c'est nul... Heureusement je cherchais un film très spécial depuis un bon moment et je l'ai trouvé... Comme quoi je ne rate pas tout ce que j'entreprend.
Melquart Régulier Sénior
2007-2008
2008-03-06 Basic Râteau,Advanced Râteau,Expensive Râteau,Friendly Râteau,Silence 30
J'ai attendu mes 20 ans pour provoquer moi-même un premier râteau...
La scène s'est déroulée il y a seulement quelques semaines, c'est donc du tout frais.
Le soir du 1er janvier 2008, j'étais connecté sur ce fameux site à la mode dont la seule utilité est de t'occuper quand tu n'as rien d'autre à faire: faceboules.
Je retrouve alors une ancienne copine de collège avec qui j'avais rompu tout contact depuis 6 ans. J'ai eu immédiatement une bouffée de chaleur à la vue de sa photo...elle est devenue un véritable canon, même si à l'époque elle était déjà pas mal. Elle s'était d'ailleurs tapée tous mes amis et moi, si je tournais déjà autour je n'avais pas osé.

Immédiatement sous le charme, je décide de reprendre contact en envoyant un petit mail du genre "salut tu te souviens de moi?". Le lendemain, réponse "bien sûr, comment j'aurais pu t'oublier?".

Je lui demande alors ce qu'elle devient, ce qu'elle fait. On découvre alors qu'on a beaucoup de points communs: mêmes études, mêmes centres d'intérêts... Je lui propose de se revoir mi-janvier. Elle accepte. Je me pointe alors au rendez-vous le soir fixé. Elle me rejoint et là, je vois... une vraie bombe (la photo internet ne montrait que le haut). La fille parfaite et surtout vraiment mon style de nana. On se pose dans un bar, et là on parle, on parle, on parle jusqu'à 1heure de mat... Bon elle a pas arrêté de papoter, moi je me taisais et la contemplais dans un air qui devait certainement être béat. Enfin, les derniers, ont sort du bar, après que je lui ai offert la conso, et elle me raccompagne en voiture chez moi.

3 jours plus tard je m'en vais en voyage dans un pays chaud... J'arrête pas de repenser à elle. Si bien que j'achète plus de cadeaux à cette nana que je connais à peine (déjà au collège, ce n'était qu'une copine assez éloignée) qu'au reste de ma famille. C'est mon genre, je m'emballe très vite.
Aussitôt rentré je la rappelle, je demande à la revoir, elle accepte, de nouveau on va au bar, de nouveau on parle pendant des heures et là au milieu de la conversation elle parle de son copain.... Merde. Elle confirme "mon petit ami"... Pourquoi faut-il toujours que la place soit prise... On dit pourtant qu'il y a plus de meufs sur terre que de mecs...

Dégouté, je prends un peu mes distances; et puis j'écourte la soirée. Je la raccompagne à sa bagnole et là elle me dit:
"Dis tu voudrais pas essayer de cadeau d'anniversaire pour mon copain? C'est un blouson en cuir, et tu as la même carrure que lui" Gêné, je m'exécute. Puis on se quitte. De retour chez moi, elle m'envoie un texto: "j'aime vraiment beaucoup quand on se voit, ça fait plaisir de savoir que quelqu'un partage la même vie...."
Interloqué, en fait j'y comprends plus rien. En fait je crois que je n'ai jamais rien compris aux femmes et à la psychologie féminine... dans ce registre je suis vraiment largué. Alors je renvoie un texto similaire, du genre on a plein de points communs, c sympa quand on se voit et blablabla.

3 semaines passent... On s'appelle 2-3 fois, pas longtemps mais suffisamment pour me désorienter (ah oui entretemps je lui ai fait le coup de la St Valentin, mais ce fut plutôt la St Lapin). Je l'appelle alors mi février pour l'inviter à diner en tête à tête chez moi. Elle accepte. Je vais alors pouvoir jouer sur mon terrain

Il faut dire que si je n'ai jamais su draguer une fille à l'extérieur, par contre j'ai quelques connaissances en cuisine et dans l'art de la table, et je me dis que ça va faire la différence. Je sèche les cours du jeudi, pour me laisser 3 bonnes heures de préparation... je glande pendant une heure et demie (je suis le roi de la glandouille et du je m'y mets dans un quart d'heure); puis je mets le turbo... bouffe, nappe blanche, aspiro, apéro, un bain pour sentier bien bon... Je vous raconte pas... mais j'étais prêt. Elle arrive à l'heure dite et est très impressionnée par le décorum que j'avais savamment installé: musique d'ambiance, lumière feutrée... La table était dressée avec le chandelier s'il vous plait et les couverts en argent excusez du peu. J'avais sorti le grand jeu... J'ouvre une bonne bouteille de ponch gingembre histoire de détendre un peu l'atmosphère.

De nouveau elle me raconte sa life et j'insiste sur son mec qui se révèle être un beauf total...Le contraste était évident entre mon diner aux chandelles avec saumon dans l'assiette et fondant au chocolat et un diner télé steak/pates.
Bon j'ai rien contre ça, mais une nana comme ça, il en faut un peu plus je pense.

L'heure tourne et je ne fais rien. Normal non, puisqu'elle est maquée? Mon père devait rentrer de voyage ce soir-là, il m'appelle vers 23H pour savoir si j'ai fini avec mes invités (hum, j'avais un peu menti sur qui venait ce soir là), je lui demande de patienter encore un peu et lui fou de rage s'emporte et décide de s'offrir une nuit à l'hôtel à mes frais.

Je décide alors d'écourter ma soirée, mais avant qu'elle parte j'arrive à lui mettre délicatement au poignet un bracelet que j'avais ramené de mon voyage; elle rougie, remercie beaucoup puis s'en va. Dégouté que j'étais de rien n'avoir tenté.

Le lendemain j'en parle avec mon meilleur pote qui me tance:
"Mais, vas-y dis lui qu'elle te plait, tu risques rien au final, tu vas pas en faire une amie"
Et je l'ai écouté... j'envoie un texto: j'ai passé une très bonne soirée et je dois t'avouer que tu me plais.. 15 heures passent (longues). Elle répond qu'elle est très gênée mais que c'est pas possible, elle n'a que de l'amitié à me proposer".
Gros con que je suis je me confonds en excuse.... ce qui fallait pas faire... en relisant le texto c'était vraiment ridicule. Depuis pas de réponses évidemment, rien. Moi je n'ai pas envi d'aggraver et puis ça ne sert à rien.

Mais bon en comptant les cadeaux, les soirées et ce diner où je m'étais surpassé, plus les 200€ de facture de l'hôtel pour mon père j'ai laissé quelques plumes dans l'affaire.

J'avais peut-être envi de prendre un râteau dans la tronche pour rejoindre votre club?
Chabat LADEMER Régulier Sénior
2000-2001
2001-03-10 Basic Râteau,Long Râteau,Punch Râteau,Kissed Râteau 29
108 (Boite de Troyes)

Delphine 20 ans : Après trois heures de négociation, un baiser réussie elle m’a giflé suite à une remarque mal venue.
(ndlr : Ouf, c'etait juste)

Pat Open
2002-2003
1994-00-00 Basic Râteau,Crashing Râteau,Pierre Richard Râteau 29
A l'époque, je venais de fêter mes 14 ans. Elle s'appelait Brigitte, était dans ma classe et bien que je n'avais jamais osé lui dire plus de 3 mots, j'avais complètement craqué. Tous les soirs, après les cours, on prenait la direction de la gare avec pas mal d'autres étudiants et de nombreuses fois, j'avais souhaité lui adressé la parole. Jamais je n'avais osé. Et puis un jour, ne tenant plus, j'ai envoyé un de mes camarades lui déclarer ma flamme (et oui, technique ridicule mais tellement courante à cet âge). N'obtenant aucune réponse de sa part, je décidai de franchir le pas et de lui parler. Ah lalala... si j'avais su. Ca fait 8 ans déjà et je n'en ai pas oublié un détail. C'était le début de l'hiver, la première neige était tombée. Je la suivais dans la rue, sur le chemin de la gare. Le cadre romantique au possible, tout était réuni pour vivre un grand moment. Soudain, dans un élan d'amour incontrôlé, je me suis porté à sa hauteur et le drame s'est produit : "Dis, Brigitte, alors tu veux pas sortir avec moi ou quoi ?" Et puis... bardaf ! Mon pied, mal assuré, a perdu son assise sur le trottoir, la neige mouillée a amplifié son mouvement et le caniveau glissant a fait le reste ! Je me suis retrouvé la gueule dans la neige, à quelques centimètres d'une bouche d'égout, un oeil implorant le ciel, l'autre la suppliant de me regarder, de me sourire et de tout oublier. Pensez-vous. La demoiselle n'a même pas esquissé le moindre geste, ne s'est pas retournée et à continué sa route comme si de rien n'était. Trempé de la tête au pied, humilié mais apparemment pas assez, je me suis redressé, je l'ai rattrapé et devant une trentaine d'étudiants je lui ai reposé la question pour finalement me prendre un "heu... ? Non". Je me suis assis dans mon train, près du chauffage et j'ai juré qu'on ne m'y reprendrais plus. Si j'avais su...
Marquis de la Loose Open
2002-2003
2002-02-10 Basic Râteau,Advanced Râteau,Pierre Richard Râteau,Friendly Râteau 29
Un autre beau râteau que j'ai réalisé avant le mémorable que je vous ai déjà conté : il est beaucoup plus court, mais assez artistique.
Pas encore amoureux de la fille concernée par le sus-dit mémorable râteau, j'avais abordé une grande et belle blonde, dont j'avais auparavant testé l'intérêt par une de nos connaissances communes. Cette connaissance m'avait rapporté que la blonde en question "me trouvait pas (trop) mal, et que si on se connaissait et qu'on s'entendait bien, ça le ferait". Nanti de ces informations capitales, je m'en allai trouver la belle et lui demandai d'une voix mal assurée si elle voulait qu'on se voie le soir-même, ce a quoi elle répondit, déjà au courant de mon intérêt pour elle, qu'elle voulait bien. Je séchai donc un cours afin de l'emmener au café. Le soir-même, elle avait une soirée, je rentre donc chez moi le vendredi soir avec la quasi-certitude qu CT bon, vu le large sourire et la bonne humeur qu'elle avait affiché pendant notre premier RDV. Le lendemain midi, donc, le samedi, c'était la journée portes ouvertes du lycée : je demande à notre connaissance commune de l'appeler devant moi, afin de connaître son réel degré d'intérêt pour moi...
Résultat : la copine m'annonce avec une mine défaite que "elle aimerait bien que vous soyez amis mais c'est tout..."
Le samedi, je l'appelle moi-même, et là : "tu sais, hier, j'ai revu un mec avec qui GT sortie et je vais peut-être ressortir avec, lui, en fin tu vois, quoi, mais j'aimerais qu'on soit amis quand même

Bon. Bien que très déçu de cette confirmation, je l'invite à tout hasard au ciné le soir même. Elle accepte. Arrivés au ciné (elle et sa copine, un pote et moi), sa copine fait de petites allusions discrètes (genre la ratisseuse et moi le ratissé avions tous 2 un T-Shirt rouge "couleur de l'amour"), ce que je pris comme un con pour un indicateur d'un petit reste d'espoir! Je ne tentai pourtant rien pendant le film ("Le Raid", d'ailleurs, ce qui collait parfaitement à ma situation), mais à la sortie je lui demandai si elle voulait aller avec moi passer la soirée chez un copain. Et la... Elle dit oui!!!
Malheureusement, je fus obligé pour aller à cette soirée de faire le mur, en rentrant à la maison, disant bonne nuit à mes parents, puis en ressortant discrètement (ça a son importance!). Arrivé chez le copain, nous buvons un peu, et je me dis que vu qu'elle a accepté de venir, il y a encore moyen...
Et la, a minuit é demie, mes parents m'appellent (ils avaient capté que je m’étais barré, c’était la première fois que je me faisais capter a sortir en douce...). Je rentre donc, laissant la belle seule avec plusieurs de mes copains, et une fois rentré chez moi et engueulé par mes parents comme il faut, je l'appelle, m'excuse de l'avoir laissé toute seule alors qu'elle voulait peut-être être avec moi, elle me répond gentiment "non, non, t’inquiètes, c’est gentil, mais de toute façon j'ai pas changé d'avis!"...
Je suis allé me coucher vite fait! ... Y'a des soirs, comme ça...
Vlad Régulier Sénior
2000-2001
2000-01-20 Basic Râteau,Long Râteau,Grilled Râteau 28
Un soir on était avec des potes et on faisait la compète. Pis moi j'embarque une nana chez moi pour la serrer le truc c'est que quand je suis revenu des chiottes elle m'a demandé ce qu'était cette feuille avec son prénom dessus... (la feuille de scores...) elle m'a demandé de la raccompagner.... c'est quoi comme râteau ça,:))
Vincent Régulier Sénior
2000-2001
2001-00-00 Basic Râteau,Crashing Râteau,Wanted Râteau 28
Bibliothèque Universitaire
3 mois d’attente, puis rendez-vous dans un bar, puis 3 mois d’attente, puis le lendemain d’une soirée en boite, je propose un ciné :elle me dit : Ok, mais faut pas t’attendre a autre chose.

Anthony LORAND Universitaire
2000-2001
2000-09-00 Basic Râteau,Uggly,Heavy Râteau 28
PENALITE DE DOPAGE
forêt de Haye, près de Nancy (54)

Lors de la soirée désintégration de mon école d’ingé, j’ai essayé de profiter de mon aura de 3A (3ème année) auprès d’une 1A dont la laideur devait m’assurer un « coup » facile (Sophie B.)! Malheureusement, à la suite d’un rallye bocks destructeur, je me suis répandu en explications confuses auprès du thon en question qui a mis fin à mes dé-boires par un très froid : « Tu t’es vu quand t‘as bu ! ». Pas très original, mais efficace…

P’tit Dav’ Open
2001-2002
2000-02-14 Basic Râteau,Advanced Râteau,Kissed Râteau,Baby Râteau 28
Véridique... Jour dela Saint-Valentin, je suis célibataire et on fait une petite soirée avec des potes... La "Petite"(Aurélie, 16 ans) que j'ai remarqué depuis qq temps (sans rien vraiment tenter, si ce n'est un ou deux verres offerts, un ciné...) est là. Je me décide à passer à l'attaque, la soirée se passe bien, quelques danses, des petites caresses échangées, des bises tendres... Elle veut renter chez elle et que je la raccompagne... En arrivant, elle me dit bonne nuit, et "déplie le clic-clac" puis me laisse tout seul !Bien décidé à tenter ma chance, je vais dans sa chambre pour discuter, en toute innocence, et là, réflexion: "oh, t'as vu tes jambes, on dirait une sauterelle!" On continue à parler, au moment d'aller me coucher, j'essaie de l'embrasser, elle me repousse et me fout à la porte !
Je suis retourné chez mon pote, la queue entre les jambes...

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32