Tous les râteaux

Voici les râteaux affichés par 10 et classés par ordre de score décroissant.

Nano Open
2001-2002
2001-08-28 Basic Râteau,Eternity Râteau,Pierre Richard Râteau,Friendly Râteau 34
St Hilaire de R., 28/08/2001
Cela fait des semaines que nous parlons que l'on devient proche ( moi ce que je veux c'est sortir avec elle) donc je me force je vais en boite avec elle pour lui faire plaisir (j'ai horreur des boites ). Je bois pas (la c'est pire) je lui fait bosser son anglais , je l'a raccompagne chez elle parce qu'elle a peur dans sa cage d'immeuble. Bref j'essaye de monter le coup proprement. Vendredi on sort on passe une bonne soirée très sage , je 'a racompagne évidement sur le pas de la porte c'est pas comme dans les films mais j'entrevois une ouverture et donc j'entreprends.
Pafffff
"non je te considère comme un ami ton amitié est précieuse pour moi........"
BIG BIG BIG AH AH AH AH
Et la tu te sens con moi je réponds
"ok c'est pas grave"
bien sûr c'est pas grave ( mon cul wouhai)
Dimanche soir elle m'envoie un texto me disant grosso modo la mĂŞme chose mais lĂ  c'est drĂ´le je me trouve chez un pote. Je lui fait lire le message, il trouve rien de mieux Ă  faire que d'envoyer un message de mon portable : "faire l'amour en tout bien tout honneur" Je me dis il va pas l'envoyer il est pas con Ă  ce point...
Et ben si , donc je suis obligé de l'appeler elle, il était tard je l'a réveille me fait jeter comme un mal propre!!!
En 48 heures j'ai tout perdu!!
Wintermelaun Open
2002-2003
2002-02-00 Basic Râteau,Crashing Râteau,Pierre Richard Râteau,Heavy Râteau 34
Bon on va faire bref, il y a 7 mois je tombe raide dingue amoureux d'une fille, en lui disant bonjour moi c'est 06xxxxxxxx tu vas bien moi c'est yyy bref bidon l'approche, je manque de lui peter la main (1 catastrophe) bref, on sortais entre potes et un pote l'avait invité pour qu'elle se case avec un autre pote bla bla bla, je ne connais que son prénom et l'endroit ou elle revise, je cours la rejoindre le vendredi suivant et je passe 1 heure à la chercher dans une bibliotheque assez grande, je la trouve pas.... , bref elle finit par harceler un pote pour sortir avec lui, il lui colle 3-4 basic rateaux mais bon finissent par sortir ensemble. Pendant quatre mois, j'ai tenté par tous les moyens de casser leur coup mais rien n'a fait (expensive ça marche?) j'étais meme devenu confident de la fille (Niked rateau ça existe pas?? quoi pas encore?) puis un soir je craque, je dit tout tout tout...Elle me répond que elle a pas mal de préjugés sur moi (merci les potes!!!) (take that in your face), puis je reprend le lendemain et là le classique mais violent "restons amis", bref tenace, je reprend 2 semaines après et là c'est un mélange de bidon take that et maked... Puis je reessaye une troisième fois et là elle me dit qu'elle veut sortir avec un autre de mes potes... (maked again)..j'ai lâché l'affaire...
Joffre Open
2002-2003
2002-06-25 Basic Râteau,Crashing Râteau,Pierre Richard Râteau,Toucuit Râteau 34
Je suis sportif de haut niveau, rugbyman et je sympathise avec un mec de mon équipe de Rugby du CA Brive Corrèze, on devient de vrai pote et puis en plus il plait aux filles. Donc l'idée me vient de lui demander s’il a une copine à me présenter, ouais parce que lui il sort déjà avec un top modèle, je me dis donc qu'il pourrait faire un petit effort...
Le jour arrive... il me présente une superbe fille de son bahut, mais vraiment le top. Ah oui, j'allais oublier, en plus d' avoir un début de calvitie à 19 ans, je suis un mec hyper timide.
Donc je fais connaissance avec la fille, mon pote se débrouille pour que l'on se retrouve tout seul un p'tit bout de temps. Mais voilà la fille est aussi timide que moi, mais seulement elle est timide qu'avec les moches, mais je ne le sais pas encore.
1 mois se passe, je l'invite au resto et je lui déclare ma flamme et là elle me dit tu sais je ne sais pas trop où j'en suis, je suis entre deux mecs super et j'hésite vachement entre les deux. Je me dis donc j'ai une chance, donc je lui réponds je serai être patient, tout ça pour faire le gosse beau.
15 jours se passe, on se retrouve une seconde fois au resto et là le scub me vient en pleine gueule, j'ai bien réfléchis tu n'es pas mon type de mec, mais je veux bien rester ton amie.
Messieurs, mesdames nous esperons que vous avez passé un bon voyage à bord de utopique nana, et vous souhaitons un agréable retour.
Donc 2 mois, se passe et je retourne chez elle avec mon pote Kévin, elle a une piscine donc autant en profiter, et là je retombe complètement amoureux d'elle. Elle reste naturelle comme de rien n'était, elle est même vachement amicale, des grands sourire tout la sainte journée, des clins d’œil et même des petits signes de temps en temps.
Le soir on sort en boîte de nuit avec mon pote, Kévin, sa copine et cette fameuse fille dont je suis éperdument amoureux.
La soirée se passe, et j'espère toujours au miracle, et là le miracle arrive... Elle me prend à part et me demande un service, toujours pour faire le beau gosse j'accepte. Elle me demande de l'accompagner à une soirée du lycée, j'accepte en me disant putain cool, se sera peut-être la bonne... Cette fameuse soirée arrive, je vais la chercher chez elle, ses parents me reçoivent comme un futur gendre (au putain c cool cette sensation).
La soirée se passe et puis viens le moment fatale, elle arrive en pleurant dans mes bras. J'essaye de comprendre je lui demande se qu'il se passe, elle me répond que cela n'a pas d'importance.
Evidement j'insiste, et elle me dit qu'elle ne support plus de voir Kévin avec sa copine... Voilà, elle me proposait toutes ses petites choses, rendez vous galant, parce que se certain Kévin lui avait dit qu'il ne voulait pas sortir avec une fille célibataire, car il avait l'impression qu'elle tiendrait la chandelle...
Donc résultat des courses, je passe 6 mois à essayer de sortir avec une fille qui voulait m'utiliser comme pseudo petit ami pour pouvoir passer des soirées avec mon meilleur ami.
J'ai appris par la suite que cette fille était la maîtresse de mon pote.
Alors merci les copains et bien sur ce sont toutes des s....
Woody RĂ©gulier SĂ©nior
2005-2006
2005-09-01 Basic Râteau,Crashing Râteau,Pierre Richard Râteau,Heavy Râteau 34
Alors voilà, pour commencer, les infos administratives. La date, ça s'est déroulé sur environ 3 mois : de début juin à début septembre 2005. Le lieu, au boulot en région parisienne (je n'en dit pas plus, je crois que j'ai des collègues qui passent sur le site de temps en temps ;)).

Donc voilĂ  l'histoire :

Ca fait quelques mois que je bosse et avec ma copine (ça va faire 5 ans que nous sommes ensemble), ça ne marche plus très bien. Le passage de la vie étudiante à la vie "active" nous a plutôt éloigné (pas au sens physique j'entends). Enfin bon, c'est pas le beau fixe mais on essaye de faire avec.

Début juin, une nouvelle collègue vient d'être embauché. Après quelques jours, je m'aperçois qu'elle est bien sympa, qu'on s'entend bien, ... en plus, elle est pas mal physiquement (enfin, c'est mon avis ;)), ce qui ne gâche rien.
Etant encore avec ma copine, je ne veux pas jouer sur plusieurs tableaux, ça ne se fait pas. N'empêche que pendant 2 mois et demi, je vais continuer de tourner autour de ma collègue, mais gentiment, l'air de rien :). Entre autre, et c'est important pour la suite, la belle me dit qu'elle aime la natation, qu'elle allait à la piscine avec une collègue de son ancien boulot mais que maintenant, ayant changé d'employeur, elle ne peut plus y aller. M'étant moi-même remis à nager depuis que je ne suis plus étudiant, je me dis que ce serait un bon plan pour se voir en dehors du boulot. A chaque proposition, une bonne excuse pour ne pas pouvoir y aller ... J'aurais du me douter de quelquechose, mais bon, y'a des fois, on ne veut pas voir certaines choses.

Les choses ne s'arrangeant pas avec ma copine du moment, et appréciant de plus en plus ma collègue, je décide de la quitter (je passe les détails sur cet épisode relativement navrant). Donc nous voilà fin août, je suis célibataire, les vacances sont finis pour tout le monde et le boulot reprends. Je me dis que c'est vraiment le moment pour moi d'attaquer. Je réattaque donc sur la sortie piscine. La, première déception, elle me dit qu'en fait elle a trouvé une copine pour l'accompagner et que donc, ça va pas être possible (début du rateau). J'enchaîne que c'est pas grave, ça n'empêche pas de se faire une sortie en dehors du boulot (vous voyez le genre : dragueur un peu nul) et là (oui, le vrai rateau arrive enfin), elle me répond texto (j'ai noté la phrase tellement elle cassait) : "Je suis flattée par cette attention mais je ne préfère pas accepter. Désolé, j?espère que tu ne m?en voudras pas".

Bah franchement, si, je t'en veux ... mais je vais pas le dire parcequ'on est quand même collègue de boulot et qu'on se voit un peu tous les jours. Enfin, c'est du passé, les relations avec cette collègue on été un peu froides après ça, mais ça va mieux. On rigole bien quand même, mais ça reste strictement professionnel.

Si ça vous a plu, j'ai un deuxième rateau à raconter que j'ai enchaîné peu de temps après (courant septembre).
servef Open
2006-2007
1999-08-15 Basic Râteau,Crashing Râteau,Expensive Râteau,Heavy Râteau 33.2
L’histoire parle d’une hongroise, Agnes (qui appartient à l’organisation Mensa (www.mensa-france.org/). Nous nous étions connu à une université de Maths d'été, à Lyon, en l'an 1998. L’entente est rapide et nous engageons une relation épistolaire soutenue au terme de laquelle elle me propose de venir en Hongrie, chez elle à Budapest.

Evidemment, je jeune puceaux que j'étais remercie trois fois le ciel, va dépenser 1600 francs en billets de train (heureusement j'avais rentabiliser mon billet en allant à Prague et Bratislava, c’était un billet Interail) et, l'été 1999 enfin arrivé, part en Hongrie avec un sac à dos rempli de cours de maths (prépa oblige), un sac avec des cadeaux pour ses parents et une valise rigide pour avoir de quoi m'habiller correctement (son père était PDG de Carrefour Hongrie ou de je ne sais quoi) je traverse donc l'Europe avec mon barda dans des conditions difficiles (chaleur, foule, paumage, bière forte)et arrive en Hongrie.

A peine descendu du train (8/9h depuis Prague dans la chaleur et l’étouffement) on part dans le sud, à Szeged pour voir l'éclipse totale, encore en train !

J'ai froid à cause d’un orage énorme, je suis entouré de gros débiles de Mensa qui ne pensent qu'à montrer qu'ils ont un gros QI et...elle passe l'éclipse dans les bras d'un mec qui était "juste un ami". "Tiger" qu'il s'appelle. Six ans plus tard elle m'invitera à son mariage avec ce Tiger, et je suis venu de Nouvelle-Calédonie pour y assister !!!

De retour à Budapest nous visitons la ville au pas de course puis allons avec ses parents dans une station balnéaire sur les bords du Balaton, un grand lac, qu'on appelle la mer de Hongrie. Une fois ses parents repartis on devait y rester tous les deux.
Malheureusement je m'entends plutôt pas mal avec son petit frère de 10 ans et au moment où ses parents doivent rentrer avec le petit frère celui ci fait une crise pour rester avec nous. Son père me demande solennellement si ça ne me dérange pas et bien sur, en gentleman, je réponds que non…

Nous revenons à Budapest et là...un ami de taille attendait Agnes un grec, Nikos avec qui elle avait des relations très très très étroites. Dès lors elle n’arrêterait plus de m’assommer avec ce Nikos qui était un demi-dieu pour elle. Le dernier soir nous sommes allés jouer au billard tous les trois et bien sûr Nikos devait m’humilier à ce jeu dont il maîtrisait toutes les subtilités (alors que c’est moi qui avais appris à jouer au billard à Agnes…au lac Balaton).
A bout de nerf je mets toute ma fierté dans ces parties de billard. Amusé de me voir à ce point motivé à jouer chaque point, Nikos voit en plus Agnès lui sauter au cou à chaque boule rentrée. J'étais tellement furax que je n’ai jamais aussi bien joué à ce putain de jeu de merde (que j’adore). Finalement l’Apollon raté rentra chez lui avec une franche dérouillée dans l’escarcelle, ce qui ne sembla pas le perturber plus que cela. Sur le chemin du retour (il devait etre 3 h du mat) on s'assied sur un banc avec Agnes
et je lui dis "il ne me reste plus maintenant qu'à espérer pendant une année entière pour de nouveau être déçu, par une autre, au prochain été". Agnes me répond :

Tu sais, nous ensemble....ca ne pourra JAMAIS marcher….
Après un grand silence d'une minute puis elle répète : « JAMAIS »
Nous silence de 30 secondes et un dernier JAMAIS qui sonne pour l'éternité du râteau.

Maintenant vous savez pourquoi avec mes amis nous surnommons Agnes : Never Cube.

L’été suivant Agnès a passé un mois, dans le Var au bord de la mer, chez moi. Entre temps j’avais trouvé (enfin !) une copine, le séjour se passa sans anicroche, j’appris seulement qu’elle avait remplacé son Nikos par un réparateur moto qui lui a donné la passion des gros cubes !
Guilhem TANTALE RĂ©gulier SĂ©nior
2000-2001
2001-02-15 Basic Râteau,Long Râteau,Friendly Râteau,Gay Râteau 33
Montpellier

Julie, 20 ans (Une super amie) : Offert des fleurs (Livraison = 250 balles), Discussion pendant 2H, avec confidences : « Je veux pas gâcher notre amitié » + « j’aime pas les mecs »

Julio RĂ©gulier Junior
2002-2003
2002-12-15 Basic Râteau,Multiple Râteau,Crashing Râteau,Rude Râteau 33
Récemment, j'avais réussi a faire en sorte qu'une fille de ma classe (Déborah) veuille sortir avec moi.. Et j'en
profitai, je jouait avec elle, etc.. Ca a pas mal ruiné les relations qu'elle avait avec son entourage et son moral. Et
puis un jour elle a compris et elle a plus voulu sortir avec moi . Seulement voila, c'était maintenant moi qui voulait sortir avec elle. On était devenu de bons amis, j'avais préparé mon coup depuis longtemps, et quand je lui ai demandé, je me suis fait jeter.. J'étais tellement dégoûté que je l'ai insultée, et elle y a répondu...Il s'en ai suivit de longues insultes par texto. Je lui ai redemandé, jusqu'a 4 fois par jour, la réponse était toujours la même.. Et les insultes reprenaient. On est redevenu amis, et je lui ai alors redemandé… et re belote ! elle me sortait toujours les vieilles excuses. En plus Déborah n'est pas belle, même si je trouve qu'elle a beaucoup de charme. En ce moment ce râteau m'a tellement marqué que j'essaie de redevenir amis avec elle, vous comprenez pourquoi...Cette histoire ne terminera jamais, c'est un râteau a vie !

[NDLR : “People Always Told Me Be Careful Of What You Do, And Don't Go Around Breaking Young Girls' Hearts”
michael_ange Open
2005-2006
2003-02-01 Basic Râteau,Crashing Râteau,Wanted Râteau,Heavy Râteau 33
Alors donc tout dabord, bonjour Ă  tous.
J'ai eu ce rateaux il y a 3ans, c'était en décembre, enfin étalé de décembre à février.
(Je m'excuse déjà pour l'orthographe catastrophique mais une certaine flemme agit contre moi :))

Dans ma classe il y avait une fille que je trouvé plutot jolie et donc on a commencer a discuter sur msn (je flipper un peu de parler en face à face, je suis timide Sad ) et donc on discute beaucoup, de choses divers et varier, mais quand je decide de lui parler en "vrais", je me fait toujours recaller du style, j'entamme la discution et la "a ok ..." puis elle s'en vas ... bon alors moi un peu deçu mais je me dit ptete qu'elle est timide vers moi (quel naif :(). Quelque mois plus-tard on en est toujours au discution msn, je l'a raccompagne chez elle apres les cours enfin bref, je fait le gentleman mais sa va pa plus loin.
Puis a force du temps je suis tomber amoureux d'elle et j'ai donc decider de lui déclarer ma flamme... sur msn ...
Je me rappel parfaitement de la scene, j'attendez qu'elle se connecte et dès que je la voi, mon coeur bat la chamade,

je stress et je flippe Ă  fond, mais je me dit "vazy ai confience ! elle t'aime !" et je lui dit que je l'aime donc...
sa réaction :
- "c'est une blague ?"
- "euh non"
- " désolé mais c pas reciproque, on est trop different tu vois, on à pas le feeling... Je ne pense pas non plus qu'on pourra devenir ami"
Sacré coup pour moi... alors je laisse passer l'affaire.

Quelque mois plus tard, galerant sur internet je tombe sur son blog, son journal intime enfait... c'est la que c'est parti en vrille...
Content de ma découverte je lui envoi un mail "salut, g trouver ton blog", mais je n'avait pas lut le contenu integral du blog, alors je commence la suite de ma lecture ... et la je tombe sur des révélation assez surprenante, comme quoi elle fumer des substance assez illicite on va dir et bien d'autre chose que je ne révélerais pas ici :)

... Bref donc conscient de mon erreur, j'arrete la lecture et je lui envoi un autre mail pour m'excuser, et donc forcément elle se sent trahi (mais qu'elle idée de raconter sa vie sur un blog... ) mais je lui raconte qu'on ai pareil ect ( je sait plus ou j'ai chercher les similitudes, mais je suis aller loin lol ) Mais elle dit que non c'est pas vrais du tout, qu'on a rien en commun... Mais sa me suffit pas :)

Encore un peu plus tard, lisant quotidiennement son blog, je lit un article ou elle dit qu'il y a quelqu'un qu'elle aime vraiment et qu'elle voit tout les jours et qu'elle reve de lui ... Je pensé donc que c'était moi l'heureux élu ( je croyais le destin nous avez pousser à etre ensemble) et repart donc a l'assault :)
resultat final : je me reprend un rato en plus de passer pour le roi des cons : enfait ce qu'elle avait ecrit dans son blog, c'Ă©tait tout simplement son imagination et la personne dont elle parlait n'exister donc pas ...
le pire dans cette histoire c'est que c'est ma voisine de palier et que je la voit tout les jours, j'ai appris par la suite qu'elle était sorti avec mon meilleur pote... Bref sa ma passé l'envie d'avoir une copine pendant 2ans :) :'( :'(
Dr D Open
2006-2007
0000-00-00 Basic Râteau,Eternity Râteau,Bidon Râteau,Silence 33
Je prends des cours de langues, une fois par semaine. La prof est une belle brune un peu intello, qui sourit en rougissant et dégage quelque chose... Comme si elle était contente d’être sous nos regards. Mais je suis alors complètement amoureux d’une fille au cœur de pierre, donc ne m’intéresse pas vraiment à la prof. Mais voilà, les moches choses ont aussi une fin, et après plusieurs essais j’arrive à me séparer de ce glaçon. Donc, là, je commence à remarquer la prof, elle me met de bonne humeur, nos regards se croisent, elle a l’air de me trouver sympa. Mhh. Arrivent les vacances, je me force un peu à lui envoyer une carte un peu originale. De retour au cours, elle parle de ses vacances, et c’est clair qu’elle est célibataire. Je me dis qu’il faut maintenant y aller, et attends sournoisement que les autres élèves quittent la salle pour lui proposer un café. Et là... elle accepte ! D’une manière très simple, sans manières. Donc je lui envoie un email la semaine suivante, on en rediscute après le prochain cours. Bon, elle est un peu malade, elle a plein de boulot, donc c’est compliqué, mais on fixe un rendez-vous. Et là je n’y reviens pas : elle m’upgrade ! Elle propose qu’on mange ensemble ! C’est mieux qu’un café. Super. La semaine suivante je vais au restau. J’attends.

J’attends.

Elle ne vient pas. Bon, bizarre. Elle m’aurait posé un lapin ? Je ne sais trop comment lui demander des explications... Mais bon, je le fais en lui demandant où elle était... En fait j’avais mal pigé, le rendez-vous était la semaine suivante. Abruti ! Soit... On sort du cours ensemble, elle me montre le restau pour être sûrs qu’on parle bien du même, et propose qu’on s’échange nos numéros de téléphone portable... Ouahhh ! C’est qu’elle assume bien tout ça ! Pas mal. Je suis épaté, elle a beaucoup de sang-froid --même devant les autres élèves devant qui elle assume mieux que moi cette drague visible. Je suis tellement persuadé que c’est dans la poche que je me demande si ce n’est pas trop facile (ce qui m’empêcherait de tomber amoureux, car il faut toujours des difficultés pour l’être...).

Bon, rencard au restau. Discussions sympas, intimes. Ca avance. On se quitte au tram. Très bien. Trois jours après je lui propose par email un concert le soir, mais elle ne me répondra que le soir même, pour dire qu’elle a trop de travail... Et après je la relance une première fois, et elle me fait un rapport complet sur son état de santé... elle a mal au cou, et mal aux reins, et trop de travail, donc me dit « la semaine prochaine alors ». Moi, entre temps, j’ai commencé à m’accrocher, elle est belle, classe et futée. Bon, je me dis que je l’étouffe peut-être par mon insistance, et laisse passer deux semaines sans rien dire. Je la relance. Rebelotte, elle répond après quelques jours que son estomac est malade... J’attends encore, mais ça commence à me ronger, et après encore 3 semaines sans nouvelles je lui envoie un email d’adieu, où je craque et lui écrit un petit poème faisant référence à la situation. Pas de réponse pendant deux semaines. Le cours et mon travail étant terminés, j’organise une fête d’adieu. J’invite ma prof, lui demande de forwarder l’invitation aux participant(e)s. Elle me répond qu’elle l’a fait – et qu’elle vient de récupérer d’une bronchite. Depuis ce dernier bulletin de santé, plus de nouvelles...
John Tutut Sambora Open
2001-2002
2000-08-00 Basic Râteau,Advanced Râteau,Kissed Râteau,Maked Râteau 32
Alors la situation : moi, 23 ans, job d'été dans un VVF. Elle, dans les 20 ans, job d'été dans un autre VVF. la rencontre : lors d'une espèce d'épreuve "sportive" entre plusieurs VVF, qui avait lieu dans le VVF où je bossais. on fait connaissance, ça se passe bien, bonne ambiance sympa et tout (voire plus que sympa entre nous deux). A la fin de la journée, j'apprends qu'elle a un copain (moi j'avais personne), qui était présent toute la journée et que je n'ai même pas vu (apparemment, elle ne représente pas grand chose pour lui). C'est pas grave, avant de partir elle me propose de venir le lendemain soir dans son VVF assister à un spectacle et sortir après. Ca s'annonçait bien quoi.

Le lendemain, je vais voir leur spectacle, ou plutôt je le subis (une espèce de remake d'une comédie musicale qui était déjà à chier à la base). C'est pas grave, je patiente heu.. patiemment ? La fille que je viens voir se trouve être une héroïne de l'histoire, c'est pas plus mal comme ça je peux la mater toute la soirée (y a quand même un point négatif : son copain (dans la vraie vie) c'est le héros (dans l'histoire), dont elle tombe amoureuse (dans l'histoire)). Enfin la fin du spectacle, je vais saluer les gens que je connais (c'est-à-dire ceux que j'ai rencontrés la veille lors des joutes sportives, 'faut suivre !!), je me fais abondamment chambrer (car mon VVF s'était fait éclater la veille). Ca commence à discuter gentiment, j'apprends que le copain s'en va le lendemain (yeah !!). On boit des coups (mais sans être bourrés, hein ? y a pas de dopage là !) Finalement la fille déclare qu'elle est fatiguée, qu'elle a plus envie de sortir. Tous les autres veulent aller en boite, y compris le copain qui déclare que comme c'est sa dernière soirée, il va sortir avec ses potes (re-yeah !). Moi je dis que je vais rentrer (avec la ferme intention de rester bien sur !). Ils partent tous, je reste avec la fille, discussion à bâtons rompus, y commence à faire froid.

Elle propose d'aller dans sa piaule, on continue à discuter, ça commence à chauffer, puis à s'embrasser en se pelotant gentiment. Finalement, on se retrouve à moitié à poil, excités comme des gnous. Et là, une microseconde avant que je sorte le paquet de capotes, gros blocage de sa part : ça l'ennuie de trahir son copain qui part le lendemain. J'ai beau lui faire remarquer que lui ne semble pas se soucier bcp d'elle, rien n'y fait. On se rhabille, on discute 5 minutes l'air de rien (ou plutôt on essaie), puis je prends congé avec son numéro de tél, je ne l'ai jamais rappellée, trop dégouté. Je l'ai revue à la fin de l'été, mais j'étais avec quelqu'un (chacun son tour, gnark gnark gnark !)


Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32